Ca a quel goût l'orage?

Vers une écologie du sensible

àpd 8 ans
en cours de création

A la recherche d’un rapport plus juste aux autres, à travers les règnes et les espèces, une rêverie en forme d’enquête, de poème visuel et d’expérience sensorielle. Pour sortir de l’anthropocentrisme qui régit depuis trop longtemps nos relations au Vivant. Décloisonner et se mettre à l’écoute. 

Et si l’on recevait les notes de musique comme des goûts sur notre langue ? Si le contact des différentes matières générait en nous des émotions de tendresse ou de culpabilité ? Un voyage dans les perceptions humaines, animales et végétales, pour se mettre un instant à la place de l’autre. Pour régresser peut-être vers l’état du nourrisson pour qui toutes les sensations sont encore mêlées. Plonger avec les cétacés dans les profondeurs de l’océan, où le cerveau voit avec les oreilles et entend avec la peau. Jusqu’à chanter avec les plantes et le paysage mythique des aborigènes d’Australie. La crise écologique étant sans doute aussi une crise de la sensibilité, notre spectacle cherche, par la poésie et l’art, à nourrir nos liens avec le Vivant. 

CALENDRIER DE PRODUCTION 


Sept. et déc. 2023: La Roseraie, deux bancs d’essai sur 4 semaines de résidence avec des enfants de 2e et 3e primaires 

Fév. 2024: Remise d’une demande d’aide à la création à la FWB 

Avril et juin 2024: La Roseraie, cinq semaines de résidences avec présentation d’étape de travail 

Octobre 2024 : Espace Columban, CC de Wavre, deux semaines de résidence de création technique avec deux bancs d’essais scolaires 

15 mars 2025: bancs d'essai au CC Huy

11 avril 2025 : bancs d’essai au CC Chénée

Objectifs : Noël au Théâtre et Huy 2025 

ÉQUIPE:

Écriture et interprétation: Hélène Lacrosse et Roxane Lefebvre Regard extérieur: Anaïs Spinoy
 Scénographe: Morgane Steygers
 Création sonore: Gary De Cart
 Chorégraphe: Fatou Traoré
 Création lumière et vidéo en cours

 Avec le soutien de la Roseraie et de la Projection Room
 Un projet de la Cie Lichen 

Images d'un banc d'essai à la Roseraie - Bruxelles
photos: Valentine Verbeeken