Moment poético-burlesque improvisé
de et par Roxane Lefebvre

Pénélope, elle aime les fleurs et les fils, les chutes et les envols
Et puis les mots
Et danser avec tout ça
Tisser du lien
Chercher l’impossible équilibre
Remonter à la source

Construire ensemble des constellations
Et des forteresses de fleurs festives et farfelues
Avec sa bobine de fil et ses tissus fleuris
A l’écoute des enfants et du vent
Elle prend le temps avec vous
De regarder pousser les fleurs
Visibles et invisibles 

Vos paramètres de cookies actuels empêchent l'affichage de contenu émanant de Vimeo. Cliquez sur “Accepter et afficher le contenu” pour afficher ce contenu et accepter la politique d'utilisation des cookies de Vimeo. Consultez la Politique de confidentialité de Vimeo pour plus d'informations. Vous pouvez retirer votre consentement à tout moment dans vos paramètres des cookies.

Accepter et afficher le contenu

Une pratique du lien

Comme une envie de légèreté et de poésie, de présence et de simplicité, en ces temps de crises écrasantes. 
Danseuse, autrice et clown, Roxane propose ce spectacle comme un moment de partage et d’expérience commune de l’instant. Un butinage dans ce qui est là maintenant, et à partir du concret, l’air de rien, s’interroger sur l’être au monde, les liens de l'amour, la chute et la renaissance, la beauté et le collectif. 

Philosophie de clown, de comptoir, de trottoir. Poésie quoi !


Pénélope. Solitude​. ​Attente​. ​Fil​. Le lien fragile. ​Quand l’autre s’en va​. ​Quand tout s’effondre. Croire en la renaissance​. Faire et défaire la tapisserie de son existence. Chevaucher le temps et déjouer le désir des prétendants. Pénélope sous ses airs de patience et de fidélité est aussi la femme sans homme, au pouvoir pendant vingt ans, pleine de la sagesse de l'absence et de la force des graines pendant la crise. Et si faute de mari, elle épousait le soleil, un arbre ou une rivière ?



CONCRÈTEMENT:
Je viens avec mon grand tapis gris, ma bobine et mes tissus bariolés. Et bien sûr toutes les histoires passées et à inventer encore.
 
Espace de jeu idéal : 4 m de profondeur sur 6 de large
Jauge idéale : 70 enfants 

À LA ROSERAIE, DÉC 2022... 

Extensions: film, manifs, extérieur...

Pénélope, dans un film en cours, elle remonte aussi une rivière pour trouver la source de ses amours, de la civilisation, de ses mots, d'elle-même.
Puis parfois, elle ajoute ses couleurs aux manifestations pour un monde meilleur.
Elle partage aussi des temps suspendus en extérieur, au bord de l'eau ou près d'un arbre, sur une place ou dans une cours de récréation. Partout où elle peut tricoter sa poésie et remplacer l'attente du Prince Charmant par des épousailles cosmiques avec le végétal.

Tournage avec G. Zanoni et G. Daras, Cévennes.

Manif pour la Liberté, Bxl.

Still Standing, Roseraie, Bxl.

27 mars 2021 – Source 


Les bras du monde sont plus précis ici

Où cueillir avec révérence l’eau à la source

Où croquer la primevère au bord du sentier

Où la voie est directe

De la terre à mon ventre 

De la sève à mon sang

Des oiseaux à mon cœur 

Je plonge dans la rivière cinglante

Plus nue que nue 

Dans le printemps qui monte

Les pieds dans les anémones

Entre les mousses qui tapissent les arbres

Et les bactéries qui tapissent ma langue

Ma peau se marbre 

Lézarde au soleil 

Mue imperceptiblement

Sous l’écorce nue encore

Gonfle le printemps

L’hiver fut si long

A gouter la perte la défaillance

La face cachée de la lune

La part de mort en moi

Je la détoure du bout du doigt

Mon cœur en un seul morceau

Mais je ne t’oublie pas

Petit enfant 

Je te prends avec moi

Marchons tu veux

La lumière sous la peau

L’obscur dans les veines

Vie et mort étroitement mêlées

Je caresserai les cicatrices

Nous n’oublierons pas 

Les déserts et les failles

Nous les prenons avec nous

Tressés de joie et de bourgeons

Sortons des oubliettes

Silences et tremblements

Ouvrons les fenêtres

Donnons de la voix

Nos pas peuvent résonner

La terre leur répondra

Laissons là le doute

J’ai le droit d’exister

Et peut-être ces morts que je charrie

Sont-elles ma raison d’être

J’ai touché au noyau du monde

Partageons nos semences et nos récoltes

Que tout ne soit qu’éclosion

Floraison silencieuse et douce

Germons Enfonçons racines

Ramifions-nous

Entrelaçons nos cœurs aux branches

Dans toutes les forêts du monde

Nos cellules constellées 

De pensées sauvages

Abreuvons-les à tous les règnes

Végétal Animal Minéral

Dansons les cycles sacrés

Dans notre humble souveraineté

Prenons nos responsabilités

Assises dans l’humus

Les cheveux à l’assaut des troncs

Buvons à la source 

A l’instant même où elle jaillit